samedi 20 février 2010

Passeports du Mossad: vrais ou faux? ou vrais et faux?

Le gouvernement britannique s'offusque apparemment que des passeports biométriques délivrés par ses services aient été utilisés par les agents du Mossad qui ont assassiné un cadre du mouvement Palestinien, Mahmoud al-Mabhouh, dans un hôtel de Dubaï.
D'autant que ces passeports sont authentiques et, si on en prend en compte l'ensemble des passeports de la brigade de tueurs, certains comportent les identités et/ou les photos d'identité réelles des meurtriers.
Ainsi a-t-on aujourd'hui la certitude que le passeport allemand utilisé dans l'opération n'était pas un faux . Il a en effet été délivré l'été dernier à Cologne à un certain Michael Bodenheimer (et non à Tel Aviv comme l'écrit le Yediot ainsi que le signale un commentaire de l'article du journal sioniste). Bodenheimer qui a immigré des Etats Unis vers la Palestine occupée il y a vingt ans, prétend n'être en rien impliqué dans l'assassinat (mon oeil). Le passeport français d'un des assassins serait un faux. Comment fait_on pour falsifier un passeport biométrique si on n'a pas par exemple accès à la base de données des personnes titulaires?

S'agissant d'une femme d'origine britannique membre du commando, Erika Chambers, elle disposait d'un passeport britannique authentique mais avec la fausse identité de Gail Folliard. Voici deux photos de cette personne: en brune (une perruque déjà?) sous l'identité d'Erika Chambers, avec une perruque blonde sur son passeport au nom de Gail Folliard. Le changement d'identité était impératif pour elle compte tenu du fait qu'elle avait déjà participé à une autre mission d'assassinat en 1979 au Liban.
Le passeport au nom de Folliard n'a pu être délivré que par l'administration britannique ou contrefait avec sa complicité.
Cela ne signifie pas forcément que le gouvernement de sa Majesté était au courant mais que des gens qui activent pour le régime sioniste travaillent au sein de son administration.
Comment pourrait-il en aller autrement d'ailleurs dans un pays où la collusion entre les élites dirigeantes et le régime sioniste est allée vraiment très loin?

Un exemple de cette collusion nous est donné une fois de plus par Jews Sans Frontières qui observent que parmi les parrains du Fonds National Juif figurent David Cameron, le leader du parti conservateur britannique, l'ancien premier ministre Britannique Tony Blair et l'actuel premier ministre Gordon Brown. 
Or, vous ne devez pas comprendre Fonds National Juif comme Fonds pour les Juifs Britanniques  mais, ainsi qu'on peut le lire sur le site de son alter ego en France, dont l'objet est:
de collecter des fonds en France en vue de réaliser des projets concrets en Israël (plantation de forêts, construction de réservoirs d’eau, d’aires de jeux ou de repos, de routes de sécurité, d’infrastructures diverses…).
Grâce à son action quotidienne en faveur de l’éducation sioniste, il entend également sensibiliser les jeunes Juifs de France à l’amour d’Israël et à la défense de l’environnement.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires publiés après modération. Les propos injurieux, diffamatoires ou à caractère raciste ne seront pas publiés.