lundi 15 mai 2006

Semtex, playtex, c'est pas des explosifs tout ça?

Les Suisses aussi ont des journaux. Dans l'édition électronique du quotidien suisse francophone Liberté, on peut lire l'article que j'ai reproduit intégralement ci-dessous.
s
Il est question d'une journaliste Suisse, probablement jolie, contrainte à s'exhiber en petite tenue par des soldats de l'entité sioniste à un poste frontière entre Gaza et l'Etat sioniste.
D'où une protestation du gouvernement suisse qui demande aux autorités de Tel Aviv d'ouvrir une enquête, ce que ces dernières ont promis.
s
Chose promise, chose dûe, avant toute enquête, le ministre sioniste de la défense a déja expliqué au gouvernement suisse que le déshabillage de la journaliste est motivé "par la crainte d'attentats terroristes".
s
Alors que la corporation journalistique helvète exige des sanctions, on lit également que Reporters sans Frontières a aussi critiqué cet acte.
q
Maintenant nous attendons la réaction de BHL, Glucksman et autres Elisabeth Badinter (cette dernière aurait peut-être quelque chose à nous dire sur le rôle des sous-vêtements féminins pour le bien-être du soldat sioniste).
q
Journaliste suisse humiliée par des soldats israéliens
Rédigé le 15/05/2006 à 20:54
s
BERNE - Berne a officiellement demandé aux autorités israéliennes d'ouvrir une enquête sur l'humiliation vendredi à Erez d'une journaliste suisse par des soldats israéliens. L'Etat hébreu avait déjà promis dimanche qu'une instruction serait réalisée.
s
Israël doit prendre les mesures nécessaire pour empêcher qu'un tel incident "inacceptable" ne se reproduise, a expliqué lundi Lars Knuchel, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).
s
Karin Wenger, journaliste à la "Neue Zürcher Zeitung" (NZZ), a été contrainte de se mettre en sous-vêtements à plusieurs reprises à chacun de ses passages devant un appareil de détection d'armes et d'explosifs au poste frontière d'Erez, entre la bande de Gaza et Israël.
Dimanche, le ministère israélien de la défense a exprimé ses "regrets pour la détresse morale causée à Karin Wenger" et a promis d'ouvrir une enquête. Il a expliqué les mesures de sécurité draconiennes au poste frontière d'Erez "par la crainte d'attentats terroristes".
s
L'association des journalistes suisses impressum a dénoncé lundi contre une "humiliation sexuelle politiquement motivée" et a demandé que les responsables soient punis. L'organisation Reporter sans frontières (RSF) a aussi critiqué cet acte.

1 commentaire:

  1. I say briefly: Best! Useful information. Good job guys.
    »

    RépondreSupprimer

Commentaires publiés après modération. Les propos injurieux, diffamatoires ou à caractère raciste ne seront pas publiés.