dimanche 10 décembre 2006

Un autre motif d'inquiétude pour Douste-Blazy?

Pendant que Douste-Blazy dit son "inquiétude" au sujet de la conférence organisée en Iran sur "l'holocauste," certains s'inquiètent de savoir où est passé l'argent drainé, voire extorqué, au nom des victimes de ce même "holocauste."
d
"Où est passé l'argent de la Shoah?" demande le Yedioth, ce journal du Sionistan.
d
Réponse pour une partie de l'argent tout du moins :

"Vols en première classe à travers le monde, logements dans des hôtels luxueux, dîners dans les restaurants branchés et cartes de crédits, c'est ainsi qu'opère la Claims Conference (Conference pour les indemnisations), qui s'occupe de la restitution de biens juifs volés pendant l'holocauste. Le président de la Conférence avait été impliqué dans des irrégularités financières dans de précédentes activités mais le porte parole des organisations affirme que : aucune accusation de délit n'a été retenue contre lui; il obtient des résultats remarquables pour les survivants".

Comme organisations est écrit au pluriel, j'imagine que la dite Claims Conference fait partie d'un pool d'organisations de bienfaisance dans lesquelles on retrouve les mêmes têtes et les mêmes noms, seules les fonctions changeant.

Pour avoir une idée d'où passe le reste de l'argent, le Yedioth a eu l'idée de s'intéresser à là où il n'allait pas en questionnant une "survivante de l'holocauste."

N., âgée de 63 ans et souffrant d'un cancer, vit seule à Haïfa en Palestine occupée. Elle dit loger en HLM, dépenser beaucoup d'argent en soins médicaux et ne plus arriver à joindre les deux bouts :

"je n'ai rien à manger."

N., qui est née dans un camp de concentration a téléphoné à un certain nombre d'organisations de l'entité sioniste supposées venir en aide aux "survivants" dont la fameuse Claims Conference. Toutes sans exception lui ont adressé une fin de non recevoir.
s
Après la récente guerre contre le Liban, N. s'est enhardie au point d'appeler la Claims Conference aux USA.

"Des gens m'ont dit que je pourrai recevoir de l'aide, mais ils ont basculé mon appel de ligne en ligne, des USA vers Francfort et on m'a finalement dit 'madame, ce genre de demande est géré en Israël'. Mais ici [en palestine occupée] ils m'ont fermé la porte. Ils disent que je suis trop jeune et qu'ils n'aident que les survivants âgés de plus de 75 ans."

Décidément mauvaise langue N. ne peut s'empêcher d'ajouter :

"je suis née pendant l'holocauste; j'ai souffert dans les camps dès le jour de ma naissance, j'étais malade, mais l'organisation supposée secourir les victimes de l'holocauste et possède deux milliards de dollars dans ses comptes utilise l'argent à d'autres fins et n'est pas disposée à m'aider. Les Nazis ont assassiné ma famille et volé nos biens, mais les dirigeants de la Claims conference sont-ils leurs héritiers?"

Le journal confirme que la Claims Conference n'apporte qu'une aide minimum aux personnes dont elle a pour mission officielle de récupérer les biens à leur profit. La plus grande partie de l'argent va à des organisations qui n'ont aucun rapport avec les survivants de "l'holocauste."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires publiés après modération. Les propos injurieux, diffamatoires ou à caractère raciste ne seront pas publiés.